Qui est aux Commandes?

Aux commandes de quoi? me demanderez-vous.
Ce n’est pas du poste de président de la République Démocratique Du Congo dont je veux parler. On sait qui est au commande de ce pays. On sait également à quel point la controverse autour de son probable 3è mandat fait couler encre et salive. Il y a de quoi dérouter mes lecteurs…


Ce n’est pas non plus du leadership du football africain dont je veux parler. On a encore en tête la dernière victoire des Léopards dont je veux parler. La match fut épique. De l’avis de beaucoup de fans, c’était d’autant plus extraordinaire que d’aucuns pariaient sur une défaite des nôtres. Face aux redoutables Éléphants de la Côte d’Ivoire rien n’est gagné d’avance.
Ma question se réfère plutôt à l’activité qui consiste à cuire les aliments pour toute la famille. Donc il a fallu être un peu plus explicite: Qui est aux  commandes des fourneaux?
Avant d’y répondre il faut se faire à l’idée qu’on se trouve dans une ville aux mœurs conservatrices. Eh oui! Si Lubumbashi était une terre d’Islam, elle vivrait probablement au rythme des décrets religieux d’un grand mufti. J’ai vu des jeunes filles en mini-jupes être huées, sermonnées et invitées à la mettre en veilleuse. Mais ce n’est pas pour autant que les membres de la « société des ambianceurs » n’y ont pas droit de cité. Vous pouvez me croire.
Ceci étant dit convenons que le genre de ménage le plus répandu à Lubumbashi est celui d’un homme avec femme et enfants. Ici le principe de la « division du travail » est de stricte application: Il revient à la femme d’effectuer les travaux ménagers et ,donc, de cuire les aliments. Il en sera ainsi tant que l’homme sera considéré comme le chef incontesté du ménage. Au grand dame de certains féministes parmi les plus radicaux.
Même dans les familles monoparentales gérées par des hommes on trouve toujours une femme aux commandes des fourneaux. Il peut s’agir d’un membre de famille ou d’une personne tierce. En tout cas le maître de maison n’oserait pas garder les clés de la cuisine.
Il faut aller parmi les hommes célibataires pour faire la découverte d’une cuisine qui se conjugue au masculin. Ils sont jeunes étudiants venant d’autres régions ou novices dans telle ou telle branche d’activité. Ils ont rarement la quarantaine. A propos, il ne fait pas bon être célibataire endurci à Lubumbashi. Ce n’est pas Georges Clooney, le « tout jeune marié », qui m’en dirait le contraire.
Pour terminer’ je promets un prochain article sur ces hommes qui font la cuisine. Je crois qu’il y a tant de choses à dire à ce propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *