Si j’étais un fondamentaliste

Si j’étais un fondamentaliste il ne me serait jamais venu à l’idée d’aller tuer un infidèle. N’est-il pas écrit quelque part que le pouvoir suprême de punir  appartient à Dieu et à Dieu seul? Il est en effet illogique de ma part d’en vouloir à un infidèle alors que moi-même je n’ai pas fini  de me purifier en vue du voyage vers le Paradis.
Si j’étais un fondamentaliste il ne me serait jamais venu à l’idée de m’attaquer à une idée en tuant son auteur. On ne tue pas une idée en tuant son auteur. Aucun combat des idées n’a connu son épilogue au terme d’une guerre sanglante.
Si j’étais un fondamentaliste il ne me serait jamais venu à l’idée de venger Dieu. Cet être spirituel n’est-il pas assez puissant pour se venger lui-même? Lui dont on dit qu’il est capable de détruire aussi bien le corps que l’âme d’un individus.
Si j’étais un fondamentaliste il ne me serait jamais venu à l’idée de massacrer une population en pensant pouvoir triompher ainsi du Diable. Je n’aurais pas fini de purifier la race humaine que le pauvre Diable aurait envoûté encore plus de monde.
Si j’étais un fondamentaliste il ne me serait jamais venu à l’idée de croire que tout le monde a vocation à aller au Paradis. Les uns et les autres ont le choix entre aller au Paradis et aller en Enfer. Et ça n’enleverait rien à ma foi si quelques-uns choisissaient d’aller en Enfer.
Sí j’étais un fondamentaliste je priviligierais la paix avant tout. Le but pour lequel ma réligion a été fondée est d’améner l’humanité à la paix. Le fait seulement de prendre les armes contre les autres constitue une violation de profession de foi.
Si j’étais un fondamentaliste je n’aurais jamais haï l’autre. Sinon je serais bien embarassé quand, demain, il va épouser ma foi.
Si j’étais un fondamentaliste il ne me serais jamais venu à l’idée de m’en prendre à un blasphémateur. Tout outrage à ma réligion me permet de mesurer mon propre dégré de foi et de ne pas verser dans l’hypocrisie.
Si j’étais un fondamentaliste je me serais gardé de tuer un groupe de caricaturistes. Faire cela c’est contribuer à la publicité de leurs oeuvres. Faire cela c’est les rendre immortels. Et ce n’est pas ce qu’on recherche quand on veut « rendre justice à Dieu ».
Si j’étais un fondamentaliste je serais allé me pendre car aucun homme censé ne croirais à mes idées démagogiques. Le monde actuel croit plutôt en la liberté, les droits de l’homme, l’égalité et la diversité.
Si j’étais un fondamentaliste je serais honteux de voir le monde entier se lever pour crier: « Nous sommes tous Charlie ».

3 commentaires sur “Si j’étais un fondamentaliste

  1. ces gens là n’ont pas lu ces parties de leur livre, il est là le truc! c’est souvent la partie belliqueuse et va-t-en-guerre qui domine, les religions sont des outiles, depuis toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *