Elle serait la première

Lubumbashi est connue aussi par un de ses surnoms : « Lubumbashi Wantanshi » qui veut dire « Lubumbashi la première ».
En quoi serait-elle la première ?

Est-elle la première ville du Congo ? Certainement pas. Tout le monde sait que Kinshasa est la ville la plus peuplée du Congo. Et on a coutume de classer Lubumbashi en deuxième position. Ce qui, en l’absence des statistiques fiables, ne permet pas d’être formel. Le dernier recensement de la population a eu lieu dans les années 80. Tiens, je sens que quelqu’un va m’interroger : « Où veux-tu en venir? » Je ne suis pas en train d’en appeler à l’organisation d’un recensement en 2016 afin de prolonger le mandat de Joseph Kabila.

Serait-elle la capitale du crime ? Pas vraiment. Les homicides et les trafics ne sont pas plus fréquents ici qu’ailleurs en République démocratique du Congo. La première fois où la paix y a été véritablement menacée depuis plusieurs décennies c’était quand un groupe de miliciens maï-maï a débarqué au centre-ville en 2013.

Exploitation du cuivre en 1917-wikimedia commons
Exploitation du cuivre en 1917-wikimedia commons

L’aînée des villes minières ? Bien entendu. Au début du 20e siècle, quand il a fallu mettre en valeur les mines du Katanga, les Belges commencèrent par bâtir Lubumbashi avant d’aller bâtir les autres villes minières (Likasi, Kolwezi, Kipushi…)

Capitale économique ? C’est fort probable. Si la plupart de régies financières et de banques ont leur siège à Kinshasa, nombre d’entreprises privées d’envergure ont leur siège à Lubumbashi et y entreprennent l’essentiel de leurs tâches administratives.

Capitale culturelle ? Non. Dans la mesure où la ville n’a jamais rayonné grâce à sa culture. Ce n’est pas à cause de l’absence d’une production culturelle de bonne facture. Des écrivains, des musiciens, des peintres et des poètes de talent sont nés et ont grandi ici. Le fait qu’ils soient obligés d’émigrer pour s’épanouir met en exergue leurs difficultés à trouver des soutiens locaux.

Haut lieu de l’histoire du Congo ? Il est clair que l’histoire récente du Congo ne s’est jamais déroulée sans la ville de Lubumbashi. C’est à Lubumbashi que furent acheminés Patrice Lumumba et ses deux compagnons d’infortune afin d’y être assassinés dans des conditions atroces. C’est toujours à Lubumbashi que l’on a appris la fin de règne de Mobutu Seseko par une déclaration de Laurent Désiré Kabila. Ce dernier s’autoproclamant au passage président de la République.

homme à velo

Ville d’immigration ? Étant une ville du Sud, Lubumbashi n’échappe pas au phénomène de l’exode rural. Et elle n’est pas la seule à la vivre. Ce sont des vagues de familles entières qui viennent s’ y installer chaque année. Mai il faut louer la facilité avec laquelle tous ces gens parviennent à s’intégrer malgré des conditions de vie difficiles.

Pour conclure, j’affirme que tout ce qui est dit ci-haut peut être remis en cause. Ce qui ne peut être remis en cause, c’est le fait que Lubumbashi est la première ville où votre cher blogueur se sent le mieux vivre. Il n’y a aucun chauvinisme là-dedans. Ne doit-on pas aimer le lieu où l’on mène son existence en dépit de toutes les difficultés?

8 commentaires sur “Elle serait la première

  1. Lubumbashi dans tous ses états… Article très intéressant sur cette ville, que je ne connais guère, tu t’imagine bien.
    Et puis, tu es bien sûr que ce n’est pas du chauvinisme ça??? 😀

  2. Belle narration. Merci au passage de nous avoir fait découvrir ta ville.

    Sinon ça sens un peu de chauvinisme caché hein ?
    Comme tout bon Congolais, moi j’ai bien lu du nationalisme et du patriotisme entre ces lignes. Lol !

    Après tout c’est un héritage culturel et intéllectuel depuis Lumumba non ? Il n’y a rien de mal à y être fier.

    Amitiés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *