T’es éprouvé, casse ta tire-lire

Un malheur ne vient jamais seul, dit-on. C’est notamment quand vous êtes frappé par un deuil. Dans une ville comme Lubumbashi un deuil est une source de dépenses. Ça n’a rien à voir avec ce qui se fait à Kinshasa mais on n’a pas moins l’obligation de casser sa tire-lire.
Ce sont d’abord les frais d’inhumation qu’il faut honorer. Ces frais se chiffrent en millions de Francs congolais si d’aventure on tient à offrir à son parent des funérailles dignes de ce nom. Il y a le cercueil et il y a surtout la tombe. Une place au cimetière de sapin 2 ou au cimetière de kasangiri peut coûter dix mois de salaire à un fonctionnaire moyen. Cela en vaut peut-être la peine car là où les coûts d’inhumation sont moins élevés, c’est le règne de l’anarchie. En effet personne, s’il a le choix, n’accepterait de conduire le corps de son parent au cimetière de Penga-penga. C’est tellement saturé que l’on est obligé parfois de profaner certaines vieilles tombes pour laisser de la place à un nouvel « occupant ». Dans ces conditions on n’a pas toujours l’espoir de retrouver, cinq ans plus tard, la tombe où repose son parent afin de la fleurir.

Puis il y a les frais pour l’organisation du deuil lui-même. La personne éplorée est dans la plupart des cas membre d’une grande famille. Oncles, tantes, cousins et neveux viennent d’un peu partout pour veiller au côté de lui et le consoler. Tout le monde ou presque en larme.
On compte aussi nombre des arrivants des amis, des connaissances et surtout des voisins. La bienséance veut que entre voisins on puisse se porter assistance en pareille situation.
Une partie de ce petit monde habite à plusieurs kilomètres de là. En dépit du deuil ils doivent manger et boire. D’où les incessantes allées et venues des femmes qui s’activent à la cuisine. Pour cela on ne ménagera aucun effort pour réunir l’argent nécessaire. À défaut de compter sur la solidarité de ses frères, la personne éplorée devra puiser dans ses économies.
Ainsi en est-on arrivé à des cérémonies de deuil qui ressemblent à s’y méprendre à des moments de réjouissance. Les gens mangent, trinquent et bavardent. Quelques-uns en profitent pour lutiner les femmes célibataires. C’est seulement quand on entend un ou plusieurs cris de pleur qu’on prend conscience de la solennité de la cérémonie de deuil.

L’autre moment important est celui où l’on conduit le mort vers sa dernière demeure. Généralement il faut louer les services des transporteurs privés afin d’y amener tous ceux qui désirent assister à l’inhumation. Autant de bus à louer valent autant d’argent. Et on a intérêt à en avoir sur soi sous peine d’une rupture du contrat sans autre forme de procès.
Tandis que le cortège funèbre cahote sur un petit chemin, on a coutume de chanter en frappant dans les mains. Le contenu des chants dépend des personnes qui sont à bord des véhicules. Le plus souvent ce sont des cantiques religieuses. Sinon les jeunes préfèrent des complaintes entrecoupées de toutes sortes de paroles vulgaires.

Au bout de deux jours, trois jours ou plus la personne éplorée pourra les congédier et ne rester qu’avec ceux qui lui sont très proches. Le cœur rempli de reconnaissance envers tout celui qui est venu apporter son lot de consolation, cette personne est néanmoins préoccupée par tant des dépenses engagées en un temps record.

1 commentaire sur “T’es éprouvé, casse ta tire-lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *