Je jeûne, tu jeûnes, nous jeûnons

C’est un exercice auquel pratiquement toutes les religions ont recours. Le jeûne, entendu comme une abstention volontaire de manger, est un des piliers de bon nombre des croyances.
Dans une certaine mesure le jeûne peut se révéler être thérapeutique. Les médecins peuvent l’expliquer mieux que moi.
L’objet de ce billet n’est pas de dresser une liste de bienfaits ou de méfaits du jeûne. Je cherche plutôt à alerter sur certaines formes d’abus remarquées ici et là.
En effet ce qu’on observe ces derniers temps dans certaines églises évangéliques est de l’ordre de la démesure. C’est à croire qu’elles existent par et pour la pratique du jeûne. On s’en rend compte dès qu’on tombe sur une affiche dont l’essentiel du message est clairement mis en exergue: « 45 jours de jeûne et prière ».
Et j’en passe et des meilleurs.
J’ai même recensé des cas où on en arrive à 100 jours bien comptés!
Comment peut-on s’imposer cette forme de privation pendant autant de jours? L’église ne peut-elle pas proposée autre chose que le jeûne?
À mon avis les Lushois, dans leur majorité, sont déjà soumis à un jeune forcé. Leur extrême pauvreté les empêche de manger à leur faim à des intervalles de temps régulier. N’est-ce pas vers le début de la soirée, quand le chef du ménage revient de ses courses, que la famille peut caresser l’espoir de prendre un hypothétique repas?
Je trouve inopportun d’imposer des jours et des jours de jeûne à une personne qui a déjà du mal à se nourrir correctement. Si le jeûne est une privation volontaire de nourriture, je ne crois pas que l’on peut se priver volontairement quelque chose qu’on a du mal à trouver. À moins de faire semblant de jeûner. Ce qui est une forme d’hypocrisie.
Certes, la loi reconnait la liberté de culte à Lubumbashi et partout ailleurs au Congo. Mais il faudrait que l’État se saisisse de la question afin d’inciter les uns et les autres à la modération.
Je ne parle pas en tant qu’observateur dérangé par la montée en puissance des églises évangéliques. Je suis moi-même membre d’une église évangélique. Je suis plutôt inquiet pour la santé physique et psychique de ceux à qui on promet monts et merveilles au bout de plusieurs dizaines de jours de jeûne.

1 commentaire sur “Je jeûne, tu jeûnes, nous jeûnons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *