Débat politique en RDC : le match dans le match

On connaît la question cruciale, celle qui vaut un million de francs congolais : « La République démocratique du Congo aura-t-elle un nouveau président en 2016? » Le calendrier électoral a beau être publié, les uns et les autres restent convaincus qu’il y a anguille sous roche. Depuis quelques années on a donc un grand match à l’issue incertaine entre majorité et opposition.

les 26 provinces de la R.D.Congo digitalcongo.net
les 26 provinces de la R.D.Congo
digitalcongo.net

En marge de cette compétition où tous les coups sont permis, il se joue un autre match à l’issue tout aussi incertaine. Il oppose ceux qui veulent d’un Congo avec 26 provinces et ceux qui n’en veulent pas du tout. Ce match dépasse toute « logique » dans la mesure où on a une équipe mixte composée des membres de la majorité et de l’opposition qui affronte une autre équipe mixte composée des membres de la majorité et de l’opposition. La Constitution actuelle dispose que la RDC est subdivisée en 25 provinces en plus de la ville de Kinshasa ( seule ville à avoir le statut de province). Cela passe par le démembrement de 6 des 11 actuelles provinces, dont le Katanga. C’est une disposition qui n’a jamais été appliquée depuis le référendum constitutionnel de 2006. Il se trouve que les choses se sont accélérées ces 4 derniers mois avec la promulgation de la loi fixant les limites des nouvelles provinces par-ci et la signature d’une circulaire ministérielle portant suppression des entités administratives déconcentrées par-là. Ceux qui sont contre cette disposition de la Constitution voient rouge et cherchent par tous les moyens à faire échec à toute initiative allant dans ce sens. L’idée d’instituer des provinces plus petites est motivée par la volonté de rapprocher les administrations des administrés. À l’heure actuelle on a des provinces qui sont dirigées par des gouverneurs entourés de quelques ministres. Ce qui rend l’administration moins efficace. L’idée est peut-être dénuée de toute arrière-pensée. Le fait est que le démembrement des provinces est source de frustration pour ceux qui ont toujours considéré leur province comme un tout indissociable. C’est particulièrement vrai au Katanga où d’aucuns se sont toujours identifiés par rapport à leur province avant de s’identifier par rapport à leur pays. Cette lutte katangaise contre ce qu’on appelle « le découpage » est incarnée par un certain Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, président de l’assemblée provinciale et poids lourd de la majorité présidentielle. À la question de savoir pourquoi le Katanga avait voté au référendum pour l’actuelle Constitution en dépit de la disposition instituant les 26 provinces, il a répondu : « les Katangais avaient été envoûtés ». ( Rien que ça!)

Gabriel Kyungu-afrique.kongotimes.info
Gabriel Kyungu-afrique.kongotimes.info

Quelques semaines plus tard, celui qu’on appelle le Baba du Katanga  le père du Katanga, a promis de recueillir 500 000 signatures (plus que les 100 000 exigées pour contrecarrer une disposition de la Constitution) afin d’empêcher tout au moins le démembrement de son Katanga.

3 commentaires sur “Débat politique en RDC : le match dans le match

  1. Je sens qu’il y a à boire et à manger dans cette histoire. Kyungu wa Kumwanza le fait il pour le Katanga ou pour son haut lomami. Je sais que les katangais s’identifient plus à leurs richesses, principalement le cuivre et le cobalt. A mon humble avis, je pense que le haut Lomami est pauvre en sous sol. Est ce pas pour ça que Kyungu se bat? D’autre part, je n’appuie pas vraiment aussi ce découpage. j’ai toujours pensé que le fédéralisme était la solution pour rapprocher les administrations des administrés. Bon le coup d’envoi du match a été donné, attendons voir la fin.

    1. Non steaves je ne crois pas qu’il existe un seul coin de la RDC qui soit pauvre en ressources naturelles. Le fait est que les richesses de certains coins n’ont jamais été mis en valeur
      Et je suis d’accord avec toi que tout le monde a hâte de voir l’issue du match.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.