Les quatre vérités d’un dictateur tropical

Un proverbe africain est clair : « Mieux vaut un dictateur qu’on connaît qu’un chef d’État démocrate qu’on ne connaît pas. »
Mes chers compatriotes doivent savoir raison garder plutôt que d’appeler à mon départ. Ce pays, je l’ai façonné à mon image. J’en ai fait une mécanique qui n’obéit qu’à moi et à moi seul.

Je suis né dans un petit village de l’arrière-pays. D’un père bouvier et d’une mère vendeuse d’alcool traditionnel, rien ne me destinait à devenir un jour président de la République.
J’ai gardé peu de souvenirs de mon défunt père que je voyais peu. Je détestait sa trogne de buveur impénitent et j’allais me cacher dès qu’il se mettait à gueuler des insultes à l’endroit de ma mère. À sa mort, j’étais hors du village et je n’avais même pas pris la peine d’aller assister à son enterrement.

C’est ma mère qui m’avait soutenu dans ma décision d’intégrer les rangs de l’armée nationale. À l’époque l’armée jouissait d’un vrai prestige, mais elle suscitait peu de vocations. J’avais donc fait mes classes dans un camp d’entraînement de l’armée de terre avant de débuter ma carrière.
Cela n’avait pas été facile de m’imposer parmi mes frères d’armes. Mon courage et mon ouverture d’esprit avaient été assez vite remarqués par un de mes chefs qui devint mon mentor. D’où la fulgurance de mon avancement :  moins de deux ans plus tard, j’étais promu au grade de capitaine.

Bref, je ne suis pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Ce que j’ai réussi à bâtir l’a été grâce à mon courage et à ma ténacité. C’est ce que j’ai toujours voulu que mon peuple retienne de moi. Les jeunes gens de ce pays n’ont-ils besoin de croire qu’on peut réussir dans la vie quelles que soient ses origines? Et en cela ne suis-je pas une parfaite illustration?

Tiens, des petits malins osent réclamer mon départ. Qu’est-ce que les gens ont la mémoire courte!
Se rappelle-t-on comment ce pays se délitait à la veille de ma tentative de putsch ?
Ils étaient où, ces opposants, quand le peuple saluait ma courageuse décision de prendre le pouvoir pour redresser la barre ?

J’ai le mérite d’avoir préservé l’essentiel à savoir l’intégrité territoriale de ce pays. Il faut plus que de la mauvaise foi pour ne pas le reconnaître. D’où vient qu’on m’accuse aujourd’hui d’être moins patriote que quiconque ?

Les 3 gugusses, que les médias qualifient de leaders de l’opposition, ont tous appris à faire la politique dans ma maison. Ce sont des élèves à moi. Ils me doivent leurs petites gloires et leurs comptes en banque. Je me demande quelles nouvelles idées ils peuvent bien apporter dans le débat, eux qui sont des gens du sérail.

Il se dit que j’ai à craindre l’aversion qu’a l’actuel locataire de l’Élysée pour des amitiés avec des personnages comme moi. Que je sache il n’est pas mon seigneur et moi son vassal. Après tout j’en ai vu d’autres :  déjà au début des années 90 le vieux François Mitterrand m’avait coupé « les vivres »au motif que je violais les principes démocratiques.

Mon message à tous les contestataires est ainsi résumé : « Avant moi ç’a été le cauchemar et après moi ça ne sera guère mieux ».

5 commentaires sur “Les quatre vérités d’un dictateur tropical

  1. et donc, monsieur le président, vous n’avez fait qu’échouer, si après vous ce ne sera guère mieux! vous devriez avoir honte de vous prévaloir d’un quelconque mérite. c’est intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.