La monnaie: moyen de paiement ou source d’appauvrissement?

Imaginez un gros village niché sur les hauteurs des collines de l’Est de la République Démocratique du Congo. Au couché du soleil un humanitaire, au volant de son 4X4, fit un arrêt dans ce coin et demanda l’hospitalité chez un particulier contre la remise d’un billet de 20000 FC* soit l’équivalent de 20 Euros.

Le maître de maison empocha cet argent et pria l’humanitaire de prendre place dans le salon en attendant la mise à sa disposition d’une chambre d’hôte.
Aussitôt il alla régler la dette qu’il devait au meilleur chasseur du coin, laquelle dette s’élevait à 20000 FC.

Sans plus tarder, le chasseur alla rencontrer secrètement l’unique femme libre du village. Elle était veuve, mère de 5 enfants et s’était toujours employée à refuser poliment toute proposition de remariage. Question de ne pas vivre de mendicité, elle rasait les murs pour accorder ses faveurs sexuelles en échange d’un peu d’argent.
Il se trouva que le chasseur avait milles et une « factures » à régler au près de cette femme. Après discussion ils convenir que la somme à payer s’élevait à 20000 FC.
-Je suis un homme de parole, dit-il en lui tendant le billet de 20000 FC.

La bonne dame fit un ouf de soulagement car aujourd’hui elle allait pouvoir régler une vieille dette. Cela faisait deux ans qu’elle s’était accouchée de son dernier enfant et depuis lors elle n’avait jamais récompense la matrone qui l’avait assistée.

-Je te dois combien d’argent, ma chère?
-Tu me dois assez d’argent pour que je vienne te prendre tous tes biens de valeur. Mais si tu me filais au moins 20000 FC ,je ne serais pas déçu d’avoir attendu si longtemps.
-D’accord! J’ai justement de quoi payer.

Cet argent encaissé, la matrone partit consulter un devin qui lui exigea au préalable la petite somme de 20000 FC.
Et dès la fin de la consultation, notre ami le devin alla rembourser un prêt contracté la veille au près d’un voisin.
-Excellent! songea le bénéficiaire qui, pour le moins, était heureux d’empocher à nouveau un billet de banque dont il s’était servi pour régler une dette chez un chasseur.

Il lui tardait de congédier l’humanitaire qui avait demandé l’hospitalité au près de lui une demie heure plus tôt. Car il venait de se rendre compte qu’aucune chambre d’hôte n’était disponible.
-Je vous rends votre argent, dit-il en s’adressant à l’humanitaire, essayez d’aller voir dans le voisinage si quelqu’un d’autre peut vous héberger.

Par chance, l’humanitaire tomba sur une patrouille des forces de la mission de l’ONU qui l’escorta jusque dans les faubourgs d’une grande ville.

Vous aurez remarqué qu’un seul billet de banque a permis à 5 personnes d’un même village de s’acquitter de leurs dettes. Mais au final la richesse de cette contrée n’aura pas crû d’un seul centime. Le billet est reparti avec son propriétaire originel et n’aura pas enrichi l’économie locale.
Quand on applique le même raisonnement à un échelle plus large, on se rendra compte à quel point la circulation de la monnaie peut causer des gros ennuis à l’économie d’un pays ou d’une zone économique.

*FC: sigle pour « Franc congolais ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *