La R.D.Congo: un État sans budget

Le mois dernier, l’ancien premier ministre Adolphe Muzito signait dans des quotidiens de Kinshasa une série de tribunes dont l’une était intitulée: « La R.D.C., un État sans budget. »

Dans un  premier temps on a pensé que ce membre de la majorité présidentielle faisait du marketing politique. Il faut dire que le contexte actuel ressemble plutôt à une veillée d’armes( les premières joutes électorales sont annoncées pour le mois d’Octobre). Dès lors, on est soupçonneux vis-à-vis de tout ce qu’un homme politique serait amené à dire ou écrire. D’autant plus que ces dernières temps nombre de caciques du régime de Joseph Kabila se sont illustrés par des déclarations tapageuses par lesquelles ils signifiaient leurs désaccords avec l’une ou l’autre des décisions du gouvernement.

Dire que la R.D.Congo est un État sans budget passe à priori pour un non-sens sachant qu’au mois de Mars le parlement a voté le budget présenté par un ministre après son examen par la commission économique et financière.

Mais une fois lue en entier la tribune de Monsieur Muzito on saisit la justesse de son propos. C’est que conformément à la constitution, le budget de l’État doit inclure à la fois les prévisions budgétaires du gouvernement central et celles de chacune des 11 provinces actuelles. Un budget consolidé en somme.

Or il se trouve que depuis 2012 le gouvernement de la R.D.Congo n’en a jamais présenté un au parlement. À la place c’est une loi des finances que nos honorables députés et sénateurs ont toujours voté depuis 3 ans. Une loi des finances étant un simple budget du gouvernement.

C’est d’autant plus évident que le  tonitruant ministre de la communication Lambert Mende ne s’est pas levé pour opposer un démenti et tenter de prouver le contraire.

Eu égard à ce qui précède bien de questions ont émergé au sein de l’opinion publique congolaise dont la question suivante: « le parlement était-il conscient de cet état de choses? »

Notre pays est donc un État sans budget. De là à dire que c’est un État sans provinces, il y a un pas que Adolphe Muzito a déjà franchi.

En tout cas la récente circulaire du premier ministre Matata Ponyo est venu semer le trouble à propos de l’État des finances du trésor public. Sous prétexte que le découpage territorial nécessite de l’argent, le chef du gouvernement a enjoint tous ses ministres de n’engager aucune dépense, en dehors des frais de fonctionnement, sans son accord préalable. Il y a de quoi glacer d’étonnement un observateur averti de la vie économique!

Quoi? Le premier ministre s’est-il attribué les fonctions du grand ordonnateur des dépenses? Où a-t-on jamais vu ça?

Ce qui fait dire à un professeur d’Université que « la R.D.Congo est une embarcation qui navigue à vue ».

1 commentaire sur “La R.D.Congo: un État sans budget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *