Faut-il masculiniser la cuisine africaine ?

Mon collègue mondoblogueur Émile Béla nous a parlé dans un excellent article teinté d’humour des difficultés qu’il rencontre à créer un climat de parfaite entente entre lui et sa cuisine. Interpellé, j’ai aussitôt pensé à tous ces jeunes gens pour qui cuisiner est un véritable casse-tête.

L’histoire d’Émile est aussi celle de cet étudiant qui, du jour au lendemain, se retrouve à des milliers de kilomètres de chez lui ; celle de ce trentenaire, célibataire de son état, qui vit seul et doit se débrouiller pour goûter à un plat chaud et « fait maison ».

Car en Afrique, dans la plupart des cas, la cuisine est avant tout une affaire de femmes. Dès l’enfance on a apprend à considérer que la place du garçon n’est pas aux fourneaux. Une règle non écrite voudrait même que la cuisine soit l’unique pièce de la maison où la mère et ses filles sont souveraines. Ni le père ni les garçons ne peuvent y entrer allègrement, surtout au moment où l’on prépare le repas.

Dans les conversations entre amis, un homme peut se prévaloir de toutes les qualités mais il ne se risquerait pas à parler de ses compétences en matière culinaire. S’il est célibataire, il serait accusé de ne pas vouloir convoler de sitôt justement parce qu’il est capable de cuisiner pour lui-même. Au cas où il est un homme marié, on y verrait la preuve d’une domination de la part de son épouse (puisqu’il serait obligé de cuire ses propres repas).

L’objectif de cet article n’est pas d’émettre un jugement sur la considération que les sociétés africaines ont de l’art de préparer les mets… Je tiens juste à faire ressortir le problème que cela pose, alors que de plus en plus de jeunes gens vont vivre loin de leurs contrées d’origine pour diverses raisons et que de plus en plus d’hommes se marient à trente ans passés. Par ailleurs on ne peut pas compter sur la restauration pour pallier ce problème dans une Afrique où la culture d’aller manger hors de la maison n’est pas très répandue.

Faut-il attendre que l’on soit en couple pour enfin manger ce qui a été bien préparer ? Je dirais non. Car la vie qu’on mène avant le mariage est au moins aussi importante que celle qu’on mène après. Par conséquent il s’avère nécessaire que tout homme apprenne les rudiments de la cuisine, juste au cas où.

Bref, la pièce réservée à la cuisson de nos aliments ne doit plus être interdite à toute présence masculine. Pour commencer, on pourrait confier aux garçons les tâches préliminaires comme nettoyer les assiettes ou approvisionner la maison en eau. Plus tard, on pourra leur demander d’assurer le service.

C’est à cette occasion qu’un jeune homme entreverra sa mère ou sa sœur découper un poisson, éplucher un légume ou  faire l’omelette. Ce serait là un début d’apprentissage de l’art culinaire, l’apprentissage par l’observation en somme. Ensuite, « l’élève sera invité à participer à des petits exercices pratiques ». Et je fais le pari qu’après quelques mois le résultat sera édifiant.

Je suis parfaitement conscient des difficultés qui résulteraient d’un tel changement et de l’impact sur l’équilibre de la famille au sens où on l’entend en Afrique. Ma préoccupation n’est pas celle de voir dans toutes les familles des garçons qui sachent très bien comment préparer le Ndolé, le Bukari ou le couscous au point de prendre la place de leurs sœurs.

Nous devont juste considérer ce que nous avons à y gagner :

  •  Le garçon sera en mesure de se prendre en charge s’il doit partir vivre seul loin du domicile familial.
  •  Toutes les tâches faites par son (ses) frère(s) constituent du boulot en moins pour la fille à qui on demande non seulement d’apprendre les obligations liées à son futur rôle d’épouse mais aussi d’être bonne à l’école. Tandis que les autres font la vaisselle, elle pourra répéter ses leçons. Plus d’égalité entre filles et garçons en somme.

Tout le monde a donc à gagner dans le fait de « masculiniser » notre savoureuse cuisine africaine.

 

 

 

7 commentaires sur “Faut-il masculiniser la cuisine africaine ?

  1. Merci pour l’amitié et le clin d’oeil.
    Si je m’en tiens à ce que tu dis par contre, je veux parler de l’approche, j’ai déjà raté la base puisque je n’ai plus personne pour me faire un apprentissage par l’observation. 😉

    Courage!

    Amitiés,

  2. Introduction longue, on veut rentrer plus vite dans le sujet.
    Syndrome du « YAKAFONQUON », on veut de la pratique pas du théorique.
    On dirait que tu parles comme un ministre, parle-nous de tes tentatives, de tes expériences, des tutos que tu as trouvé en ligne, des sites pour apprendre à cuisiner…

  3. la cuisine c’est pour les femmes quand elles sont en couples. on ne peut rien y faire. toutes les mesures d’émancipations de celles-ci ne les amènerait jamais a devenir nos maîtres. elles n’attendraient jamais que nous cuisinons pour les servir le soir devant la télé. la loi du sexe fort est imposée par Dieu.

    c’est mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *