Jesus

Et je devenais un chrétien tolérant (*)

Crédit photo: pixabay.com

Je me souviens de l’époque où je croyais profondément qu’en dehors de ma religion, toute autre idéologie était absurde et devait être combattue. J’en voulais à ceux qui ne partageaient pas ma foi. A leur tête il y avait les pratiquants des religions « arriérées », léguées par nos ancêtres. Je les classais dans la catégorie « sorciers à éliminer au plus vite ». Il y avait les cultes d’origine orientale comme le bouddhisme et l’hindouisme. Je les classais dans la catégorie « dangereux magiciens dont il faut se méfier ». Et puis, dans le « hors catégorie » j’avais mis l’Islam. J’étais habité par une haine mêlée de crainte envers la communauté islamique.

Une chose est sûre : il y avait très peu de personnes pratiquant l’une des religions ci-haut citées dans la ville où je vivais. Je devais le peu de connaissance que j’en avais aux histoires que me racontaient mes amis, parents et autres proches.

A l’école, Il y eut l’année où un chapitre du cours d’Histoire fut consacré à l’Islam et à son fondateur. Ce fut une grande découverte pour moi à l’époque. Et comme j’avais foi en mes professeurs, je n’ai jamais osé mettre en doute cette leçon. Pour autant je n’étais pas disposé à cesser d’être méfiant envers les musulmans.

Comment suis-je donc devenu le chrétien tolérant que je suis ? Comment se fait-il que, aujourd’hui, je sois si bienveillant envers les gens qui ne partagent pas ma foi ?

L’année du bac (En RDC, ça s’appelle Examen d’Etat), un condisciple vint me voir : « je pense qu’on devrait former un groupe d’études pour mieux préparer les épreuves ensemble». Il se trouve qu’il était justement musulman. Il était si bienveillant et surtout si ouvert d’esprit (je n’exagère rien puisque je le connaissais depuis 4 ans) que j’acceptai.

  • Pourquoi pas ? Tout le monde a à y gagner en se mettant ensemble pour préparer les épreuves du bac.

Depuis lors, nous sommes devenus amis…

Et quand un soir je l’ai vu prier comme moi afin d’exorciser la peur de l’échec, mon regard à propos de l’Islam changea. Loin de considérer cette différence purement artificielle inhérente à la religion, je commençais à voir en lui un être humain doté de raison et des émotions comme moi.

(*): histoire inspirée de ma propre expérience

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *