Afrique centrale: dernier rempart contre la poussée des mouvements démocratique

Article : Afrique centrale: dernier rempart contre la poussée des mouvements démocratique
17 juin 2015

Afrique centrale: dernier rempart contre la poussée des mouvements démocratique

L’Afrique centrale est sans doute la sous-région qui a le moins progressé en matière de démocratie. C’est ici que l’on recense plus de présidence à vie que nul par ailleurs sur le continent noir. C’est ici que, l’an prochain, 3 chefs d’État sur 4 auront très probablement réussi à conserver leurs trônes malgré les limites imposées par les constitutions de leurs pays. À ce propos les personnalités concernées ont chacun sa propre lecture.

On connait la position du burundais Pierre Nkurunziza pour qui un mandat de 5 ans et un autre mandat de 5 ans font un seul mandat. Par conséquent on ne doit pas lui demander de se garder de rempiler pour 5 ans de plus.

Mais aussi la position du congolais Joseph Kabila qui pense qu’on ne doit pas l’embêter avec la question de sa candidature ou non à un troisième mandat. Il est trop à son avis de se prononcer à ce sujet maintenant.

Et ne passons pas sous silence celle du brazzavillois Dénis Sassou Nguessou qui estime que la constitution de son pays est tout simplement lavable et biodégradable.

Plus surprenante est la position du rwandais Paul Kagame: l’homme fort de Kigali n’a cessé de déclarer ici et là qu’il n’est pas intéressé par un troisième mandat tout simplement. On a envie de lui jeter des fleurs et de claironner que la dictature n’est pas une fatalité au pays des « milles collines ».

Sauf que l’ancien dirigeant de la rébellion du FPR a tenu à préciser que ses affidés peuvent toujours lui donner une bonne raison de rester au pouvoir. Alors il changerait d’avis.

Par conséquent on peut douter de la bonne foi du président rwandais. Car on n’est pas dupe.Il y a quelques années le nigérien Mamadou Tandja voulait nous faire croire que tout son peuple était d’avis qu’il devait rester à son poste malgré la limitation des mandats.

Simple blogueur ne possédant aucun pouvoir, je me permets de dire bon vent au quatuor gagnant qui va de Kigali à Brazzaville en passant par Kinshasa et Bujumbura. Un quatuor qui se met au garde-à-vous au passage leurs excellences les présidents du Cameroun et du Tchad, assurés eux de rester au pouvoir jusqu’à ce que mort s’en suive.

Partagez

Commentaires

Didier Makal
Répondre

Peut-être que les meilleurs présidents du monde et les pays les plus démocratiques et stables sont en Afrique Centrale.

Guy Muyembe
Répondre

lol! je ne te le fais pas dire.

Jean-Chrysostome Tshibanda
Répondre

Il y a de quoi se demander si la démocratie est africaine ! Les chefs d'Etat africains agissent en roitelets. Ce sont plus des chefs de village que des chefs d'Etat. Ils ne font pas de différence entre être élu et être intronisé.

Guy Muyembe
Répondre

Oui, ils souffrent d'une maladie qu'on appelle la boulimie du pouvoir.