Et le baril passa au-dessous de 100 dollars

Article : Et le baril passa au-dessous de 100 dollars
14 janvier 2015

Et le baril passa au-dessous de 100 dollars

Économiste de formation, je sais qu’un cycle économique n’est jamais linéaire. Une phase de hausse est presque toujours suivie d’une phase de baisse et inversement. La phase où il n’ y a ni baisse ni hausse est d’autant plus exceptionnelle qu’elle existerait en théorie seulement.
Un cycle économique est semblable à la respiration qui est une fonction se déroulant en deux phases : l’aspiration et l’expiration. L’une est au moins aussi importante que l’autre. On ne peut donc pas dire que l’aspiration est plus que l’expiration, vitale pour l’organisme.

Ceci étant dit je ne comprends pas l’inquiétude des investisseurs, des médias et des « experts » quand il s’opère brusquement un changement dans l’un ou l’autre sens. Il y a 7 ans, alors que le prix du baril de pétrole s’apprêtait à dépasser la barre de 100 dollars, on nous annonçait l’hécatombe. Certes l’hécatombe est survenue (la crise financière de 2008), mais le prix du baril n’y était pour rien.

Aujourd’hui ce même baril est tombé au-dessous de 100 dollars. On nous annonce le pire surtout pour les économies qui dépendent uniquement de la production pétrolière.
C’est à se demander à quel prix on doit vendre ce fichu baril pour que tout le monde y trouve son compte.
Une chose est certaine : les gens  les moins fortunés n’ont jamais profité de l’argent du pétrole vendu à un prix supérieur ou inférieur à 100 dollars.
Dans les années 70, Sadam Hussein s’est serviede l’argent du pétrole pour acheter des armes et livrer une guerre à son voisin iranien pendant 10 ans. Un peu plus près de nous, Kadhafi a utilisé l’argent du pétrole pour corrompre ses homologues africains et en faire ses vassaux. Sans parler du cas du Tchad où l’argent du pétrole permet d’entretenir une armée assez puissante pour suppléer les Français dans la lutte anti-terroriste au Sahel.
Qu’ont donc à craindre ces laissés pour compte? Eux qui ont tout connu par le passé (guerres, famines, pauvreté…).

par le passé (guerres, famines, pauvrété…).

Partagez

Commentaires

sénégal
Répondre

Aujourd’hui ce même baril est tombé au-dessous de 100 dollars. On nous annonce le pire surtout pour les économies qui dépendent uniquement de la production pétrolière.