9 août 2016

Quand nos présidents tweetent

On connaît leur attrait pour les belles voitures et les costumes de marque. Depuis quelques temps, nombre d’entre eux se « passionnent » pour le web 2.0. Page Facebook ou compte Twitter, nos chefs ne veulent pas être à la marge de cette révolution des outils de communication pensés et promus depuis la Silicon Valley.

A priori, il n’y a pas de raison de croire que l’utilisation qu’ils en font serait différente de celle de leurs concitoyens : les réseaux sociaux servent à communiquer directement avec un certain nombre de gens sans intermédiaire. D’où certaines libertés qu’on peut s’autoriser, comme l’absence d’un ton solennel ou le rejet du langage châtié propre aux classes supérieures. Mais à y regarder de près, ils se prennent trop au sérieux quand ils publient du contenus sur leurs pages. Cela se traduit par l’emploi systématique du pronom « Je » (ou du « I » chez les anglophones). On a lors affaire à des tweets du genre : « J’ai signé un décret… », « J’ai accompagné ma femme au marché… », ou encore « Je viens de boire un café ».

Et si nos chefs d’Etat d’Afrique s’appropriaient cette liberté qui fait la particularité du net ? Et si le temps de pianoter sur les écrans de leurs smartphones hors de prix ils oubliaient qu’ils sont aux commandex de vastes étendues de terre ? Sachant que la majorité de personnes censées les suivre sur Twitter ou censées aimer leurs pages Facebook sont des jeunes gens de moins de 25 ans, j’ai du mal à croire qu’ils y trouvent leur compte. Franchement, entre une publication totalement originale d’un sportif et celle trop solennelle d’un président africain, le jeune homme branché d’un quartier d’Abidjan se passionnerait pour ce que fait le premier. Ça l’aide à oublier sa galère quotidienne et c’est déjà ça.

Je ne suis pas en train de dire que leurs excellences devraient se comporter telles des stars d’Hollywood ou des champions de football européens. Je voudrais plutôt qu’ils arrêtent de considérer leur présence sur les réseaux sociaux comme un moyen de prolonger la propagande des médias d’Etat (nous en sommes déjà lassé par ailleurs).

Partagez

Commentaires

Président Salaud
Répondre

Brillant... ces tweets font sourire... doit-on leur apprendre à être un peu salaud ?

Guy Muyembe
Répondre

En effet... Avec un peu de saloperie, Ils tweeteront utile ! :-)

Jean-Chrysostome Tshibanda
Répondre

Rien de plus insipide que ces tweets ! Je ne les aurais certainement pas lus s'ils n'avaient figuré au menu du plus célèbre mpishi in the word !

Guy Muyembe
Répondre

Ha ha ha ha les chefs doivent être heureux d'avoir ainsi pu bénéficier d'une exposition gratuite. Ils n'en demanderaient pas mieux.

renaudoss
Répondre

Quand la modernité se marrie avec la langue de bois! :D

Guy Muyembe
Répondre

Ô oui ! Camarade, crois-moi les adeptes de la langue ont y trouvé leur compte. Malheureusement pour eux, les jeunes gens s'intéressent moins à ce qu'ils font virtuellement.